Satire Politique













LES DICTATEURS MUSULMANS


(2010) Aprés la deuxième guerre mondiale et un peu plus tard avec la décolonisation, une nouvelle forme de colonialisme s'est imposé pour la domination et la mainmise de l'occident sur toutes les richesses de ces pays soit disants indépendants, en théorie. Dans la pratique, ce nouveau néocolonialisme a donné naissance à des dynasties dictatoriales en afrique, au maghreb et au moyen orient, composées principalement par des hydres militaires difficiles à détroner lorsqu'ils ont été implantés par des castes ethniques, protégés et armés par des puissances dominatrices en créant des gouvernements colonialistes fantoches. Ces pays sont transformés en gigantesques sociétés anonymes dont la gestion principale est exercé par des multinationales des pays dominants, afin de sauvegarder leurs intérêts géopoliques. Il va de soit que leurs peuples défavorisés et maintenus à un niveau de vie lamentablement bas, sont évidemment exclus de l'actionnariat.

Ces dictateurs sur le continent Africain, continuent de faire partie intégrante de l’armée française. L’ex « empereur Bokassa 1er » en république Centre-Afrique est un cas exemplaire des gouvernements colonialistes fantoches crées par la France.

Les oposants, intelectuels et les forces vives de ces nations, sont systématiquement décimés par ces Nomenklatura sanguinaires, s'ils ne sont pas voués à l'exil et l'expatriation. Les populations maintenues dans un no man's land de non-sens méthodique, toujours au seuil et limite de la misère, même si les pays que semblent diriger ces tyrans, sont immensément riches. Cette duplicité vicieuse, habile et perverse pour maintenir les masses dans l'ignorance et les extorquer, est une des techniques employées par les pays opresseurs.

Les mentalités et coutumes incultes encestrales de ces tribus au pouvoir, trouvent dans ces manifestations dictatoriales un terrain favorable à leur propres égocentrismes. Nos politiciens occidentaux l'ont bien compris, et usent par de procédés machiavéliques de ces avantages que leur offre la nature rustre et sans conscience de ces dictateurs facilement corruptibles, pour parvenir à leurs fins et accomplir leurs actes immoraux indignes de nations supposément civilisés.

Mais le plus perfide encore de ces despotes, embarassés dans leur ètroitesse désuète par un pouvoir pernicieux, ont perverti leur religion et trompé leurs peuples en instituant de nouvelles religions et de nouveaux croyants, de sorte que les vrais croyants perdent toute credibilité aux yeux du monde. Leurs populations dominés et subjugués par un obscurantisme établit et voulu par des puissances qui n'ont aucun intérêt à faire avancer leur marche en avant, entravant sans relache leur progrès pour mieux les piller et les asservir.

On s'accorde hypocritement à croire, que la solution pour sortir de l'impasse c'est implanter des démocraties à l'occidentale ou des régimes islamiques insolites dans ces pays. Malheureusement, si nous solicitons l'histoire, nous apprenons qu'il n'en est rien, et à juste titre, Depuis des siecles, les Arabes musulmans, qu'ils s'agissent de ceux qui se sont fixés en Afrique du nord, en Espagne ou au moyen orient, ne se sont jamais accomodés de l'autorité des souverains et califes des différentes dynasties qui se sont susccédés depuis la mort du prophête de l'islam, ils étaient toujours prêts à entrer en luttes fratricides contre les gouvernements en place. Il est significatif de constater que les comportements des actuels dictateurs ou regimes islamiques, sont exactement les mêmes que ceux de leurs ancêtres.

N’oublions pas que les islamistes en tant que religieux ne pourront en aucun cas répondre entièrement à des obligations politiques dans le monde moderne, pour des raisons évidentes, ils ne pourront jamais résoudre éthiquement les problèmes politiques de leurs pays, parce qu’ils ne possèdent aucune culture préconçue ni connaissance de la politique de notre temps avec sa globalisation et son organisation, les guerres économiques, les conflits technologiques, les mensonges et intrigues diplomatiques, les corruptions politiques et les crimes pour raisons d’états. Ils devront se contredire dans tous les domaines s’ils doivent appliquer la charria et les traditions claniques avec leurs peuples et d’autres lois en concordance avec les politiques internationales. Ils iront directement vers les plus abjectes dictatures pour se maintenir au pouvoir, des désastres économiques incalculables et les plus pires guerres civiles.

Les dictateurs musulmans au pouvoir dans les pays d'islam, qui prétendent justifier leur tyrannie par le destin, posent le principe que le pouvoir politique engage la responsabilité personnelle de ceux qui l'exercent. Leurs peuples ont non seulement le droit d'investir les gouvernements en place, mais aussi celui de les contrôler, non de se soumettre comme du bétail par le seul fait d’une tradition douteuse qu’on peut facilement mettre en question. Il n'est pas question non plus d'admettre un pouvoir héréditaire ou se réclamant d'une source divine. A la limite, il est légitime de s'insurger contre un pouvoir politique injuste qui opprime les consciences et supprime les libertés fondamentales.

Les oposants et intelectuels musulmans doivent rechercher et appliquer des valeurs qui viseront à établir des gouvernements dans leurs pays conformes à leurs sociétés et civilisation, qu’ils doivent acquérir par un immense effort d’information, de transformation des mentalités, de remplacement des veilles structures de la société musulmane par des structures toutes neuves et vivifiantes, en un mot son évolution et son adaptation au monde moderne doivent être envisagées dans le cadre de l’Islâm et ne jamais, sous peine d’échec ou de contresens, s’écarter de lui.

Dicton de l'auteur:
Il vaut mieux s’accommoder d’un mauvais dictateur bien connu
Que changer à un nouveau dictateur pour connaître


La Chèvre, les envieux et le génie
L'islam dans le monde moderne


[UniGroup-2007-2016]Copyright © Tous les droits reservés
Politique de protection de données