Satire Politique













LES BOMBES HUMAINES SCIENCE FICTION OU REALITÉ ?


(2007) On peut supposer sans rien affirmer concrètement, que la fabrication, l’importation et l’exportation des bombes humaines qu’on dénomme communément «terroristes suicides» sont aujourd’hui aisément exploités avec les moyens techniques dont disposent actuellement la neuropsychiatrie et la neuropsychologie des organisations intéressés, sans oublier les technologies satellites. Après avoir physiquement et mentalement transformés par des méthodes appropriées de tortures et d'hypnoses à des sujets choisis, Il suffit de leur greffer des implants au moyen de la psychochirurgie, les téléguider sur n’importe quel objectif et les faire exploser, sans risque pour le manipulateur de se voir trahi. Il s’agit aussi d’influencer des sujets par contrôle mental à commettre des attentats et les liquider tout de suite après, pour éviter des interrogatoires qui pourront dévoiler la technique utilisée et dont ces sujets ont été soumis. On peut admettre á titre de simple hypothèse sans écarter la réalité, que ces attentats suicides programmées et utilisés dans les guerres indirectes pour assassiner sans distinction des populations civiles ou l’élimination de concurrents politiques, sont mis généralement sur le compte de préfabriqués fanatiques religieux appelés vulgairement «djihadistes», afin de donner plus de crédibilité auprès d’une opinion publique asservie et alimentée quotidiennement par la terreur et l'islamophobie terroriste. Il va de soi que, sauf les incrédules et les sceptiques qui ne vivent pas avec leur temps, refuseront d’admettre ces possibilités. Ce n'est pas de la science-fiction, ces technologies dont les scientifiques militaires employés à des investigations et des essais sur des dauphins, des chiens, des singes et autres volontaires humains, étaient largement diffusés durant la guerre froide entre les partis en conflit. Il n'est pas nécessaire de se triturer les neurones pour s'imaginer ce que l'on arrive à faire aujourd'hui avec les progrès atteints de ces procédés dans le domaine des neurosciences et la génétique moléculaire du comportement. Si non comment peut-on expliquer que jusqu’á présent, malgré les forces de sécurité dont dispose nos sociétés, aucun de ces individus identifiés n’a pu être arrêté vivant pour être logiquement interrogé ? Il y a maintenant beaucoup plus d’adhérents qui pensent que Les groupes terroristes supposés "islamiques» ne sont qu’une grossière magouille et balourdise politique arabo-occidentale crées dans le seul but pour protéger leurs intérêts géostratégiques des autres pays concurrents, comme la Chine et la Russie, et pour justifier toutes ces guerres et ces crimes dans le monde. En vérité les haines et les xénophobies que nous cultivons inlassablement envers les autres races, divulguées et soutenues par des médias véreux, nous rendent complètement aveugles et insensibles sur tout ce qui nous entoure.

Que nous dit le Coran sur le suicide ?

Il existe dans le Coran 2 versets qui mentionnent le suicide

L’un pour se référer à un défi lancé aux juifs au sujet des litiges soumis aux juges-devins

««Si nous leur avions prescrit de se suicider ou s’expatrier pour notre cause ils ne l’auraient pas fait, hormis un petit nombre d’entre eux.»
Coran IV, 66

L’autre pour interdire le suicide selon différentes interprétations: « Ne vous suicidez pas » ou si vous préférez : « Ne vous tuez pas » ou Littéralement « Ne tuez pas vos âmes » Coran IV, 29

Ce verset qui interdit le suicide est confirmé par plusieurs traditions :

«On rapporte, d’après Abou-Horeira, que le prophète a dit : Celui qui se jette du haut d’une montagne pour se tuer ira dans le feu de la Géhenne ; il y sera plongé sans cesse et demeurera éternellement. Celui qui avalera un poison pour se tuer, le gardera dans sa main et l’avalera sans cesse dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement. Celui qui se tuera au moyen d’un instrument tranchant conservera cet instrument dans la main et s’en frappera sans cesse au ventre dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement.
El-Bokhâri Chapitre LVI, 1

«Abou-Hâzim rapporte, qu’un des personnages les plus importants des musulmans, qui à lui seul en valait plusieurs, combattait sous les ordres du prophète dans une de ses expéditions. Le Prophète, le voyant combattre, s´écria : « Que celui qui veut voir un homme destiné à l’enfer, regarde celui-ci. » Un des fidèles suivit cet homme qui, après avoir fait des prodiges de valeur contre les polythéistes, fut gravement blessé. Il voulut alors hâter sa mort et plaçant la pointe de son sabre entre ses deux seins il le fit ressortir entre ses deux épaules. Le fidèle accourut aussitôt vers le Prophète et lui dit : « Je déclare que tu es l’Envoyé de Dieu. – Pourquoi cela ? demanda le Prophète,- Parce que ce que tu as dit en parlant d’un Tel : « Que celui qui veut voir un homme destiné à l’enfer « regarde cet homme » et pourtant il était un des plus vaillants des musulmans en valant à lui seul plusieurs. Tu as su qu’il ne mourrait pas dans la lutte. En effet, quand il a été blessé il a hâté sa mort en se tuant lui-même. » C’est alors que le prophète dit : « l’homme qui agit comme s’il était destiné à l’enfer, peut aller dans le paradis, et celui qui agit comme s’il était destiné au paradis, peut aller en enfer. L’œuvre (de l’homme) sera jugée d’après ses derniers actes »
El-Bokhâri Chapitre LVI, 2

«Ceux qui ont bâtis des mosquées par nuisance, impiété, rivalité et schisme, dans le but de désunir les croyants et afin que les temples soient un lieu d’embuscade, font la guerre à Dieu et à son Prophète. Ils disent, nous n’avons voulu que la très belle récompense, mais Dieu est témoin en vérité, qu’ils sont certes des menteurs.»
Coran IX, 108

  • Quand la CIA menait des expériences sur des cobayes français
  • The manipulation of human Behavior
  • Projet MK-Ultra
  • Voir The Manchuruan Candidate, un crime dans la tête - de Jonatan Demme -2004, Basé du livre de Richard Condon, de la science fiction à la réalité.

  • [UniGroup-2007-2016]Copyright © Tous les droits reservés
    Politique de protection de données